rehabilitation environnementale de site

La réhabilitation environnementale est l’aboutissement du processus d’évaluation environnementale de site (ÉES). Elle est entreprise suite aux caractérisations environnementales préliminaire et exhaustive dans le but de décontaminer un site afin qu’il soit conforme aux critères du Ministère du Développement Durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques (MDDELCC).

La caractérisation préliminaire (phase 2 de l’évaluation environnementale) permet aux évaluateurs du groupe Ortam de déterminer si la réhabilitation du site sera nécessaire selon le taux de contamination des sols à l’étude. Par la suite, la caractérisation exhaustive (phase 3 de l’évaluation environnementale) vise à évaluer l’ampleur de la contamination et à préparer le terrain pour la réhabilitation environnementale de site (phase IV).

Règlements au Québec en matière de réhabilitation environnementale

Au Québec, les travaux de réhabilitation de site sont encadrés par la Loi 72, modifiant la Loi sur la qualité de l’environnement, et incluant la Politique de protection des sols et de réhabilitation des terrains contaminés ainsi que le Règlement sur la protection et la réhabilitation des terrains. Il est nécessaire de procéder à la réhabilitation environnementale du site jusqu’à l’obtention de concentrations respectant les critères applicables par la règlementation selon l’utilisation et le zonage du site, soit industriel, commercial ou résidentiel.

Toutes les interventions de décontamination entreprises par l’équipe d’ingénieurs et de techniciens qualifiés du groupe Ortam sont soutenues par des laboratoires accrédités par le ministère de l’Environnement.

Méthodes de réhabilitation environnementale

Il existe différentes méthodes pour réhabiliter les sols et les eaux souterraines d’un site contaminé selon le type de contaminant et les caractéristiques du site. La méthode appropriée est déterminée à l’étape de la caractérisation exhaustive du site (phase 3). Le choix de la méthode de réhabilitation environnementale est fait en considérant certains facteurs.

Parmi les méthodes de réhabilitation possibles, on compte :

  • Excavation et élimination dans un site autorisé
  • Traitement chimique des sols contaminés
  • Traitement biologique des sols contaminés
  • Mise en place de mesures de mitigation
  • Traitement de l’eau souterraine

Facteurs pris en compte

De nombreux facteurs influencent le choix de la méthode de réhabilitation environnementale, à savoir :

  • le type de contaminant et ses caractéristiques
  • les caractéristiques du site
  • les coûts
  • le degré de faisabilité par la voie des différentes technologies disponibles
  • le calendrier de réalisation

Les caractéristiques d’un contaminant sont ses propriétés, son volume et le risque d’exposition associé. Les caractéristiques du site incluent le type de sol, sa perméabilité, les propriétés des eaux de surface et des eaux souterraines, les infrastructures, ainsi que la topographie et l’emplacement du site. Parmi les coûts à comptabiliser, il y a le coût des investissements, les coûts d’exploitation et les coûts d’entretien.

Une fois terminés les travaux de réhabilitation environnementale, une caractérisation environnementale est de nouveau effectuée afin de confirmer que les objectifs de décontamination ont été atteints.

Contactez le groupe Ortam pour plus d’informations au sujet du service de réhabilitation environnementale. Nos experts opèrent dans la région du grand Montréal (Boucherville, Laval, Saint-Lambert, Granby, Sherbrooke, Longueuil), du grand Québec (Québec et Lévis), du grand Toronto (Mississauga et Hamilton) et du grand Miami.