Selon Santé Canada, l’exposition à long terme au radon est associée à environ 16 % des décès causés par le cancer du poumon au Canada. De plus, en 2012, le Programme national sur le radon de Santé Canada a dirigé une enquête pancanadienne qui a révélé qu’il n’existe aucune région au Canada où il n’y pas de radon. La bonne nouvelle est qu’il est possible de mesurer le radon et d’en réduire la concentration dans votre maison, notamment dans le cadre d’une inspection de bâtiment.

Qu’est-ce que le radon?

Le radon est un gaz incolore, inodore et sans saveur. Le radon est radioactif dans le sens qu’il résulte de la désintégration naturelle de l’uranium présent dans le sol, dans les roches et dans l’eau. À l’air libre, le radon n’est donc pas préoccupant pour la santé, car il se dilue dans l’atmosphère. Par contre, quand le radon s’infiltre dans un milieu fermé comme votre maison, il peut s’y accumuler en fortes concentrations. Étant un gaz plus lourd que l’air, si le radon s’infiltre dans votre maison, il aura tendance à se concentrer dans les zones les plus basses et les moins ventilées de la résidence, particulièrement à votre sous-sol.

Quels sont les effets du radon sur la santé?

Le radon se désintègre en émettant des particules radioactives. Si ces particules sont inhalées avec l’air, elles peuvent parvenir jusqu’aux poumons où elles continueront à se désintégrer en émettant de petits jets d’énergie. Lorsque les tissus pulmonaires absorbent ces jets d’énergie, les cellules sont endommagées. Ce sont ces cellules altérées qui risquent de provoquer un cancer quand elles reproduisent. Le risque de développer un cancer dépend des concentrations de radon dans l’air intérieur et de la durée de l’exposition.

Selon Santé Canada, pour les non-fumeurs exposés à une concentration élevée de radon à long terme, le risque à vie de développer un cancer du poumon est de 1 sur 20. À titre de comparaison, si vous fumez toute votre vie, votre risque est de 1 sur 10 tandis que votre risque passe à 1 sur 3 si vous êtes en plus exposé à une concentration élevée de radon à long terme.

Comment le radon s’introduit-il dans ma maison?

Puisque la pression atmosphérique à l’intérieur d’un bâtiment est généralement inférieure à la pression atmosphérique du sol entourant les fondations d’un bâtiment, l’air et d’autres gaz souterrains (dont le radon) sont aspirés dans le bâtiment par la différence de pression.

C’est ainsi que le radon peut s’introduire dans votre maison. Il suffit d’une ouverture en contact avec le sol pour que ce phénomène d’aspiration se produise : fissures dans les murs de fondation, joints de construction, ouvertures autour des branchements, etc.

Test : comment savoir si ma maison est à risque?

La seule façon de détecter la présence et la concentration de ce gaz imperceptible, c’est de procéder à des tests spécifiques. Selon Santé Canada, la concentration de radon ne devrait pas dépasser 200 becquerels par mètre cube. C’est la ligne directrice en vigueur à travers tout le Canada.

Le becquerel (Bq) est l’unité utilisée pour mesurer le nombre de désintégrations radioactives des atomes de radon. Un becquerel correspond à une désintégration par seconde. Plus le nombre de becquerels par mètre cube est élevé, plus la concentration de radon dans l’air de votre maison est élevée.

Les professionnels du Groupe Ortam offrent des services de détection et de réduction de la concentration de radon selon les procédés homologués par l’Agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA) et acceptés par Santé Canada. Nos techniciens utilisent des systèmes de mesures de radon avec chambre à ionisation et électret.

Dans le cadre d’une transaction immobilière, la détection du radon à court terme à l’intérieur d’une inspection de bâtiment vous permet de connaître rapidement la concentration du radon dans votre maison et le potentiel d’exposition dans les espaces occupés.

Pour avoir une idée précise de votre exposition réelle en situation de vie quotidienne, nous recommandons un test de radon sur 91 jours et plus.

Diagnostic : mesures correctives pour votre maison

Lorsque la concentration moyenne annuelle de radon dépasse les 200 becquerels par mètre cube dans les espaces occupés de votre maison, il faut appliquer des mesures correctives afin d’en réduire la cette concentration.

Le délai recommandé par Santé Canada pour apporter les correctifs est de moins d’un an si la concentration dépasse 600 becquerels par mètre cube et de moins de 2 ans si la concentration se situe entre 200 et 600 becquerels par mètre cube.
Les mesures correctives de base se résument par :

  • colmater les fissures de la fondation;
  • sceller les ouvertures en contact avec le sol;
  • améliorer la ventilation de votre maison, particulièrement au sous-sol.

Ensemble, ces mesures permettent de réduire de façon significative l’infiltration du radon dans votre maison. Si les concentrations de radon dans votre maison dépassent de loin les 600 becquerels par mètre cube, il faut faire installer un système pour évacuer le radon présent sous les fondations afin de l’empêcher de pénétrer dans le sou-sol de votre maison.

Le Groupe Ortam peut vous aider à faire diminuer la concentration et les infiltrations de radon dans votre maison. Nos experts sont à votre service dans tout le Québec (notamment à Montréal, Trois-Rivières, Sherbrooke et Québec) et en Ontario (surtout à Toronto, Mississauga, Ottawa et Gatineau).

Afin d’en savoir plus sur nos services professionnels en inspection de bâtiment et détection de la concentration du radon, contactez-nous! Il nous fera plaisir de vous répondre dans les plus brefs délais.